Vassiliki Lalagianni, Jean-Marc Moura, Espace méditerranéen. Écritures de l’exil, migrances et discours postcolonial, Amsterdam-New York, Rodopi (“Francopolyphonies”), 2014, 208 pp.

Ce volume comprend quatre articles qui portent sur le Maghreb et dont nous rendons compte ici.

Dans le premier, “Le harem méditerranéen: la femme écrivaine face à un espace de rêve ou un espace d’exil culturel et personnel” (pp. 21-34), Margarita Alfaro consacre son étude à Fatima Mernissi, historienne et sociologue d’origine marocaine, dont l’œuvre et le témoignage illustrent “l’existence d’une écriture francophone postcoloniale au Maroc, élargie au monde entier, annonciatrice de l’épiphanie d’un tissu social conformé par des individus qui luttent en faveur d’une esthétique créatrice fondée sur l’imagination” (p. 23). Le critique articule son analyse selon une double orientation qui tient compte, d’une part, des “éléments de la tradition évoqués en tant que piliers essentiels de l’œuvre de Mernissi” (p. 25) et, d’autre part, des “aspects qui annoncent une conception nouvelle, révélatrice d’une modernité au-delà de l’exil existentiel et du désarroi colonial” (Ibid.). Dans ce nouveau paradigme atteint par Mernissi, l’exil et le rêve s’opposent, là où “le rêve et l’imagination acquièrent une dimension transformatrice de la société par opposition à l’exil qui symbolise la rupture définitive et la non-continuité avec la tradition culturelle” (Ibid.). Si, dans un premier moment, Margarita Alfaro porte son attention sur la description de la tradition chez Mernissi, elle passe ensuite à l’étude de la quête de la modernité, une modernité qui est à comprendre en tant que “voie d’affirmation de l’individu” (p. 29). L’analyse du récit autobiographique Rêves de femmes. Une enfance au harem (1996) occupe une place privilégiée à l’intérieur des différentes étapes de la réflexion du critique. À la suite de cette étude, Margarita Alfaro parvient ainsi à affirmer que “l’œuvre à double portée, de réflexion historique et de créativité littéraire, de Fatima Mernissi ouvre la voie d’une sociologie de l’enquête, du dialogue fertile, de la mise en question de l’autorité et de la disparition des frontières physiques et mentales” (p. 32) et que “en suivant l’exemple de Mernissi une possible recomposition du monde peut être envisagée: l’altermondialisation” (Ibid.).

Une deuxième contribution porte sur l’écriture féminine au Maroc: “Navigations textuelles des femmes marocaines dans l’espace méditerranéen: mémoires, mères, monde” (pp. 71-83) d’Alison Rice. Dans cet article, le critique présente quatre ouvrages récents de femmes d’origine marocaine, dont les “navigations réelles autour du bassin méditerranéen inspirent des navigations textuelles qui montrent une profonde sensibilité aux bonheurs ainsi qu’aux difficultés qui caractérisent cet espace qui s’ouvre actuellement à des convergences entre différentes croyances, ethnies et langues qui se rencontrent autour de la mer” (p. 71): Marrakech, lumière d’exil (2003) de Rajae Benchemsi; Fille des frontières (2011) de Fatéma Hal; Les Rives identitaires: Récit nomade (2011) de Leïla Houari; Jury de Macha MÉril (2011). Ces textes prennent comme point de départ “les lieux – et les mouvements – des femmes au Maroc pour ensuite se concentrer sur l’importance de la migration au sens plus large” (p. 71) et témoignent d’une écriture “qui se trouve entre deux rives de la Méditerranée, une position qui s’ouvre au monde entier” (p. 82).

L’étude d’Elena-Brandusa Steiciuc, “Déchantement postcolonial et migrance dans les écrits de Boualem Sansal” (pp. 109-115) porte sur l’un des écrivains algériens contemporains qui a donné “une très fine radiographie des phénomènes complexes auxquels son pays est confronté – la corruption et l’arrivisme des gouvernants, l’intolérance et le fanatisme – dont le déchantement général et l’immigration clandestine ne sont que les conséquences” (pp. 109-110). Le critique se concentre notamment sur le roman Harraga (2005), qui a comme thème central celui de la migration des individus et des communautés entières. Elle parvient ainsi à montrer que la problématique de la migration et de l’exil constitue l’un des axes fondamentaux de l’écriture de Boualem Sansal, un romancier qui “tout en critiquant les pratiques et les discours de son pays, réfléchit à une tragédie planétaire” (p. 115).

L’œuvre de Boualem Sansal est par ailleurs abordée à nouveau dans l’article d’Odile Cazenave (“Dire le retour sans le dire tout en le disant: Nouvelle configuration des motifs exiliques et d’expatriation”, pp. 173-183) où Sansal est mis en comparaison avec des écrivains issus des pays de l’Afrique subsaharienne. Nous renvoyons donc à la section “Afrique subsaharienne” pour la présentation de cette contribution.

Le dernier article consacré au Maghreb est celui d’Adelaida Porras Medrano, “Le discours postcolonial chez quelques écrivains maghrébins de langue française: autour des libérations” (pp. 161-172). Dans cette étude, le critique met en comparaison les ouvrages de plusieurs auteurs issus des trois pays du Maghreb et qui, tout en ayant commencé à écrire avant l’indépendance, continuent à le faire après. Adelaida Porras Medrano se propose ainsi de retracer les caractéristiques communes du discours postcolonial tel qu’il se manifeste chez des auteurs comme Albert Memmi, Tahar Ben Jelloun, Mohammed Dib, Driss Chraïbi, Rachid Boudjedra, Aïcha Lemsine et Mustapha Tlili.

 

Elisabetta Bevilacqua

 

Art et religion : quel rapport ?

Journée d’études
Lieu: Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Rabat (Maroc)
Date de l’événement: le 25 mai 2017

Date limite: 15 février 2017

Argumentaire :

Dans différentes cultures, l’art et la religion ont toujours entretenu des rapports profonds et complémentaires depuis l’aube des temps. En dépit de leur spécificité, l’artiste tout comme l’homme de religion sont porteurs d’un message transcendant et lié à l’absolu. Ils manifestent une expérience spirituelle à la recherche de la beauté, l’amour, la vertu, la liberté, la paix, etc .

En considération de cette relation organique, l’art et la créativité humaine constituent souvent une attitude iconoclaste et profane. A travers l’art, l’homme cherche à se libérer de la tutelle des religions et des valeurs morales dominantes. Ainsi, l’artiste devient libre. Par exemple, à l’époque de la Renaissance européenne, l’art a investi l’espace de l’église et a imposé ses normes esthétiques au détriment des normes religieuses. En effet, peindre des corps nus dans leurs différentes postures permet aux artistes de mettre en évidence les détails de la beauté tout en idéalisant le réel. Même Dieu, dans certaines églises de l’époque, a été peint par des artistes qui accordèrent une place importante à la peinture religieuse.

Ce rapport à la figuration se manifeste aussi dans la vie religieuse de l’islam. Depuis la fin du premier siècle de l’Hégire, on remarquait, de manière significative, une forte cohésion entre la création artistiques et les expressions religieuses. L’espace religieux a été conquis par les différentes formes artistiques malgré l’attitude hostile de l’Islam (notamment les Hadiths) envers la sculpture, l’image (à cause du risque d’idolâtrie qu’elles comportent), la représentation calligraphique des êtres vivants, sous apparence humaine ou animale, et envers tout ce qui a un caractère somptueux. À côté des styles calligraphiques arabes ayant atteint un degré de raffinement et d’harmonie jamais égalés, les autres formes d’art représentent, à cet égard, un exemple très éloquent de prospérité: les décorations somptueuses des mosquées, la poésie, celle d’amour notamment (al ghazal), la danse, la musique, etc.. avaient envahi les espaces culturels islamiques aussi bien au sein de la cour des Califes que dans les espaces publics.

Ceci étant, une série de questions surgit. Pourquoi l’art et la religion ont toujours eu des rapports conflictuels à travers l’histoire de l’islam et qui continuent, jusqu’à nos jours, de nourrir les débats entre islamistes iconoclastes et artistes iconophiles? Quelle est l’origine du débat entre ce qui est normatif, qu’il soit linguistique, philosophique, moral, ou religieux, et ce qui est artistique ? Pourquoi certaines tendances luttent-elles énergiquement contre l’image, le chant, la musique et d’autres formes d’art ? Comment expliquer les injures et les critiques à l’encontre des artistes, de scènes supposées porter atteinte à la pudeur ou encore celles adressées aux organisateurs du concours Miss Maroc par exemple? Quelles sont les raisons de cette hostilité qui s’accroit davantage envers les activités culturelles et artistiques ? Est-ce que l’art, en tant que création esthétique, peut-il être soumis aux contraintes et aux règles morales et religieuses ? Comment la création artistique peut-elle s’épanouir tout en respectant les limites imposées par la morale et la religion?

L’objectif de cette journée d’étude est d’interroger la relation entre art et religion, de débattre les questions posées et d’y répondre à travers les axes suivants :

Les axes :

– Problématique du rapport entre art et religion ;

– L’art en Islam entre permission et prohibition

– Art et religion du point de vue philosophique et sociologique ;

– Art et normes morales et religieuses ;

– Place de l’art et de la religion dans la société marocaine ;

– Éducation artistique dans les programmes scolaires au Maroc.

Le comité scientifique :

Amina Aderdour, Farid Zahi, Mohamed El medlaoui, Smail Kouttroub, Zakaria Rhani

Le comité d’organisation :

Amina Aderdour, Amal Tabbakh, Khalid Derkaoui, Oussama Ezzaghari

La Coordinatrice de la journée : Siham El moudden

Modalités :

– Les auteurs sont invités à transmettre la fiche de participation contenant :

  • Les coordonnées précises du ou des auteurs, le pays, l’institution d’appartenance ; la discipline, l’adresse mail, le numéro de téléphone ;
  • Le titre de la communication ;
  • Un résumé d’une page, au maximum, en Arabe et en Français, format A4, en caractère Times New Roman, taille 12 pour le Français ou l’anglais et taille 14 pour l’Arabe ;
  • Mots-clefs ;

– Langues de travail de la journée d’étude : Arabe/Français/anglais

Dates à retenir :

– La date limite d’envoi des résumés et de la fiche de participation : 15 février 2017 ;

– La réponse du comité scientifique sur les propositions : 28 février 2017 ;

– L’envoi du texte intégral de la participation avant le : 30 avril 2017.

Date et lieu d’organisation de la journée d’étude : 25 mai 2017 au siège de l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, salle des conférences, Madinat Al Irfane à Rabat, BP. 6287 Les Instituts (tram Cité universitaire-Souissi)

Tél : 0537 77 18 61, Fax : 0537 77 21 35.

Remarques importantes :

– La proposition de participation retenue ne sera définitive qu’après la réception du texte intégral de l’intervention ;

– La participation doit être originale et destinée à cette journée ;

– La durée de l’intervention est de 20 mn.

Envoyez vos propositions de participation à :

iurs.event@gmail.com

tabbakhamal@yahoo.fr

Spécificités de la nouvelle littérature algérienne d’expression française

Colloque International LAFRAMA/LADICIL 2ème édition
Lieu: Université ORAN 2, MOHAMED BENAHMED, Algérie
Date de l’événement: 12 et 13 Novembre 2017

Date limite: 20 avril 2017

Pôle universitaire BELGAID

BIR EL DJIR, ORAN Département de Français

Date limite: 20 avril 2017

Ce colloque a une double vocation : faire le point sur l’état de la recherche sur la littérature algérienne, et permettre aux  passionnés de cette littérature de partager leurs réflexions et confronter leurs points de vue sur la problématique choisie.

La littérature moderne algérienne est caractérisée par sa grande pluralité avec une grande dispersion des formes. Exprimant le monde et la condition humaine, transgressant les tabous et dépassant les frontières,  elle s’inscrit dans ce monde en mutation et touche de manière significative, la vision traditionnelle de ce qu’est la littérature ; Elle s’invente par là un monde bien à elle et se réinvente tous les jours à travers une réalité sociale qui devient son inspiration. D’une littérature consentante à une littérature déconcertante, la littérature algérienne nous plonge dans le réel et dérange quelques peu les consciences.

Cette rencontre s’inscrit donc dans la perspective de la place de la littérature algérienne moderne en tant que champs d’étude qui interpelle toute réflexion en sciences humaines et sociales, et au premier chef, bien sûr, en sciences du langage, didactique et littérature.

Pour les linguistes, c’est un appel à une analyse des discours et des textes de littérature algérienne qui circulent dans l’espace social et culturel contemporain. Les didacticiens y trouveront un champ d’étude qui va des spécificités de l’apprentissage de cette littérature en classe de langue, à l’impact culturel qu’engendre ce type d’enseignement. Et les littéraires pourront aussi bien s’ouvrir aux évolutions qu’exprime de ce point de vue la littérature algérienne francophone immédiatement contemporaine, que s’interroger sur la représentation du français qu’elle donne ou les pratiques de lecture qu’elle induit.

Le programme du colloque se déclinera selon six axes :

  • Le texte littéraire  et la question du genre.
  • L’écriture éclatée dans le texte littéraire.
  • Mythe et intertextualité  dans  le texte littéraire ;
  • Le texte littéraire algérien et son enseignement en classe de FLE.
  • Pratiques langagières et espace discursif  multiculturel.
  • Fonctionnements discursifs et complexité des plans énonciatifs dans le texte littéraire algérien.

Les propositions de communication devront être adressées, avant le 20 avril 2017, par voie électronique à l’adresse suivante :

labo.laframa@gmail.com  ; colloquelaframa@yahoo.fr

Le résumé doit être accompagné d’une page de renseignements pratiques comprenant : nom, prénom, affiliation, téléphone, adresse postale et électronique. Les résumés (ne dépassant pas 3000 signes) doivent être en Times 12 avec interligne simple et en format Word ou RTF. Les contributions feront l’objet d’une double évaluation anonyme par deux experts du comité scientifique.

Les décisions seront communiquées le 10 juin 2017 et l’envoi du texte complet est fixé au 20 juin 2017.

Le programme du colloque sera diffusé le 01 octobre 2017.

Comité scientifique

SARI Fewzia, Université d’Oran 2 (Directrice du LAFRAMA)

MEDJAD Assia, Université d’Oran 2 (Directrice de LADICIL)

HAMIDOU Nabila, Université d’Oran 2 (Chef d’équipe)

MEHADJI Rahmouna, Université d’Oran 2 (Chef d’équipe)

BELKHOUS Dihia, Université d’Oran 2 (Chef d’équipe)

BLALI Driss, Université de Lorraine, France.

GELAS Bruno, Université Lumière, Lyon 2

GHELLAL Abdelkader, Université d’Oran 2

JEANDILLOU Jean François, Université Paris Ouest Nanterre

KORSO Kamel, Université d’Oran 2

LALAOUI-CHIALI Fatéma Zohra, Université d’Oran 2

MOKADDEM Khadija, Université de Sidi Bel Abbès

SARI MOHAMED Latéfa, Université de Tlemcen

YILANCIOGLU Seza, Université d’Istamboul, Turquie

Comité d’organisation

BENABDALLAH Imène (Responsable du comité) Université Oran 2

AÏT MENGUELLAT Mohammed Salah, Université d’Oran 2

BELKHITER Soraya, Université d’Oran 2

BENSEBIA Abdelhak Abderrahmane, Université d’Oran 2

EL BACHIR Amel, Université d’Oran 2

KERROUMI Mohamed, Université d’Oran 2

MEGUENNI Amel, Université d’Oran 2

RESPONSABLE

Laboratoires LAFRAMA/ LADICIL

URL DE RÉFÉRENCE

http://www.univ-oran2.dz/VRPG2/laboratoires/LAFRAMA/

http://www.univ-oran2.dz/Facultes/langues/

ADRESSE

Université Oran 2 / Algérie

Les Mémoires dangereuses de Benjamin Stora avec Alexis Jenni

Voici le compte-rendu du dernier livre de Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les mémoires dangereuses, qui vient de paraître chez Albin Michel.

Les Mémoires dangereuses

Compte-rendu :

Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les mémoires dangereuses, suivi d’une nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, Paris, Albin
Michel, 2016, 231 pages
.

La montée toujours plus importante et paraissant inexorable de l’extrême droite et les événements de janvier 2015 amènent à s’interroger sur les ressorts de ces conflits internes à la société française. Quels sont les éléments qui assoient la légitimité d’un parti politique xénophobe et dans le même temps, qu’est-ce qui, structurellement, freine la représentativité des enfants issus des différentes vagues d’immigration dans notre société ?

Le parallèle peut s’originer dans le rapport à l’histoire coloniale pour Benjamin Stora, grand spécialiste de la guerre d’Algérie (1954-1962). À travers son dernier livre, Les mémoires dangereuses, l’historien revisite l’écriture de cette mémoire tourmentée en compagnie, pour la première partie, de l’écrivain Alexis Jenni. Benjamin Stora explique que « ce livre est né d’une rencontre avec Alexis Jenni, l’auteur de L’Art français de la guerre »[1] car ce roman, écrit-il « était une fresque magistrale de la société française, de son histoire marquée par plusieurs guerres indicibles, et de son actualité agitée par des imaginaires en tension ». Ce dialogue entre l’historien et l’écrivain est suivi d’une réédition de Transfert d’une mémoire paru en 1999 chez La Découverte. L’actualité récente fait douloureusement écho à la question mémorielle, comme quelque chose qu’on aurait souhaité mettre sous le boisseau et qui ressurgirait de façon impromptue. Les mémoires dangereuses, en remontant de l’organisation profondément inégalitaire du système colonial en Algérie à la crise que constituât la guerre d’Algérie et à son retentissement en métropole (du côté des soldats français mais aussi des pieds-noirs qui fuient l’Algérie), explique l’existence de ce que Stora appelle un « sudisme à la française » : « […] c’est le sudisme qui à notre sens convient le mieux pour définir la situation faite en France aux immigrés (et à leurs enfants nés ici). Définition qui renvoie à une histoire récente, celle de la colonisation avec son organisation spéciale de la société par communautés hiérarchisées, celle de la décolonisation avec ses flots d’amertume, de mémoires blessées, de ressentiments et de revanches inavouées »[2]. Alexis Jenni évoque également les thématiques privilégiées de ce « sudisme » comme cette notion d’ « identité » : « le discours dominant en France actuellement est de « croire » à l’identité, mais une identité qui serait toujours perdue, ou menacée, par le fantasme menaçant de celle que l’on suppose à l’autre »[3]. Benjamin Stora insiste sur la nécessité de resituer l’événement-guerre d’Algérie dans son contexte et de le comprendre « en amont ». Il livre les clés d’appréhension de la généalogie de la guerre d’Algérie et de ce qui va en découler : cette mémoire diffuse imprégnant l’ensemble de la société française d’un imaginaire en partie forgée par l’expérience coloniale.

La nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, évoque cette guerre des mémoires justement : d’un côté, la population pied noire, de l’autre, les jeunes issus de l’immigration algérienne et la façon dont « émergent, dans l’exil, des comportements renvoyant au temps colonial »[4]. La première partie de l’ouvrage, « l’Algérie, un Sud « américain » analyse ces différents discours. L’historien note, à ce propos, qu’ « après 1962, la mémoire de l’Algérie française va d’abord se transmettre, essentiellement, par les tenants d’un « pays perdu »[5]. L’imaginaire de ce pays perdu construit ainsi le mythe de la France grande nation coloniale qui, depuis, s’enlise et ne parvient pas à retrouver son éclat d’antan.

Ce « sudisme » français entre en résonance avec l’idéologie d’extrême droite et Benjamin Stora montre bien le parallèle qui peut être établi entre ces deux éléments dans le deuxième chapitre intitulé « Générations du Sud » mais également les liens tissés dès le début entre Le Pen père et l’OAS. La troisième partie, « Mémoires du Sud autour de l’« Algérie française » montre bien qu’il y a superposition géographique entre l’implantation de l’extrême droite en France et le ressentiment lié au « pays perdu » par une catégorie de français. Tandis que la quatrième partie de l’ouvrage, « Se mesurer au « sudisme » (1992-1999) » revient sur les luttes de reconnaissance pour le conflit.

Les mémoires dangereuses expliquent aussi cette transition du champ de bataille, de la sphère privée à la sphère publique et ses conséquences en termes de concurrence mémorielle. « Longtemps, la guerre d’Algérie est restée cantonnée dans le registre de la mémoire privée, personnelle, familiale, secrète. Puis elle a envahi progressivement l’espace public, notamment avec la « montée en puissance » des groupes porteurs de cette mémoire : enfants d’immigrés, de harkis, de pieds-noirs, et les soldats… »[6].

Ce livre passionnant offre d’appréhender, dans sa totalité, la genèse des bouleversements qui traversent actuellement la société française entre tentation du repli sur soi et nécessité de l’ouverture.

Florence Lhote

[1] Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les Mémoires dangereuses, Paris, Albin Michel, 2016, p.1.

[2] Ibid., p.12-13.

[3] Ibid., p.22.

[4] Ibid., p.146.

[5] Ibid.

[6] Ibid., p.220.

Les « Nouvelles expressions judéo-maghrébines »

Expressions Maghrébines
Guy Dugas et Sonia Zlitni Fitouri (dir.), « Nouvelles expressions judéo-maghrébines », Expressions Maghrébines, vol.13, n.2, hiver 2014.

Un numéro de la revue « Expressions Maghrébines » est consacré aux « Nouvelles expressions judéo-maghrébines ». Elisabetta Bevilacqua nous en fait le compte-rendu :

 

 

Dans ce dossier de la revue Expressions Maghrébines, coordonné par Guy Dugas – le critique qui a ouvert la voie des études sur la littérature judéo-maghrébine – et Sonia Zlitni Fitouri, les auteurs font le bilan de l’évolution de cette littérature des années 80 à 2013. Ils y soulignent que, loin de disparaître, cette production a toujours continué à vivre et que, donc, le moment de sa mort par ʻdissolutionʼ, auparavant annoncée, n’est pas venu. Dugas y confirme, en outre, le rôle essentiel que l’humour, la fantaisie et l’écriture de la mémoire continuent à jouer à l’intérieur de la littérature judéo-maghrébine.

Les articles qui composent ce numéro sont partagés en quatre volets, précédés de deux contributions. Dans la première (“Hommage à Guy Dugas”, pp. 1-3), Denise Brahimi met en évidence les deux versants importants du travail accompli par Guy Dugas: sa capacité “de rendre toute leur importance à des domaines ou à des œuvres que d’autres, pour des raisons multiples, ont tendance à marginaliser” (p. 1) et avoir mis “à la disposition des chercheurs, étudiants, doctorants, érudits en tout genre, des textes dont on ne sait où il aurait fallu aller les chercher autrement” (Ibid.). Dans la deuxième (“Introduction. Expressions judéo-maghrébines: ʻUne force qui demeureʼ”, pp. 5-11), Sonia Zlitni Fitouri présente le dossier et les quatre volets qui le constituent, en soulignant la pluralité à laquelle aspire désormais la littérature judéo-maghrébine de langue française. Cette livraison de la revue Expressions maghrébines se propose en effet de “cerner cette pluralité génératrice d’une nouvelle identité judéo-maghrébine, d’interroger les nouvelles définitions des concepts ʻmaghrébinʼ, ʻfrancophoneʼ, ʻcosmopoliteʼ et ʻfantaisieʼ, de montrer ce qui fait la spécificité de la pratique littéraire judéo-maghrébine francophone à travers les différentes générations d’écrivains” (pp. 5-6).

Le premier volet, “Négocier une nouvelle identité” (pp. 15-44), explore “la problématique de l’identité collective qui transparaît dans la pratique esthétique et discursive des écrivains judéo-maghrébins” (p. 6) et il se compose de deux études. Dans “Ironie, altérité et racisme dans Le café de Madame Ben Djamil de Claude Kayat” (pp. 15-27), Debbie Barnard analyse l’inscription de l’humour et de l’ironie à l’intérieur du dernier roman de l’écrivain d’origine tunisienne Claude Kayat: Le café de Madame Ben Djamil (2013) se révèle intéressant à étudier non seulement en raison du recours à l’humour de la part de l’auteure, mais aussi en raison de plusieurs éléments concernant l’immigration, la différence culturelle et la problématique identitaire. Il s’agit en effet d’un ouvrage où “la composition et l’humour […] laissent voir les attitudes des gens et des institutions autour de l’immigration et remettent en question la manière dont la société réagit” (p. 27).

Dans le deuxième article, “Tunisianité, judéité, individualité et égalité dans les écrits de Gilbert Naccache” (pp. 29-44), Mohamed Chagraoui se penche sur la production littéraire de l’écrivain tunisien Gilbert Naccache, où “le narrateur réclame les différentes facettes de sa personnalité: tunisien, juif, intellectuel critique, militant politique et syndical, écrivain. C’est à ce niveau des appartenances multiples qu’un lien se noue entre la tunisianité, la judéité, l’individualité et l’égalité” (p. 29). Le critique examine ainsi la notion de tunisianité et celles de judéité, d’individualité et d’égalité (mises en rapport avec la tunisianité), telles qu’elles s’affichent dans l’œuvre de Naccache. Il en résulte que “Gilbert Naccache assume la mixité constitutive de sa personnalité et la revendique ” (p. 42), sans pourtant “imposer des définitions, et donc des frontières, des limites, à la notion de tunisianité, et aux notions connexes de judéité, de marginalité, de distance critique” (p. 43).

Le deuxième volet, “Marcher sur l’oubli” (pp. 47-75), qui prend le titre d’une série d’entretiens avec Tahar Bekri, naît du constat que “si la littérature judéo-maghrébine est fortement imprégnée par les écritures de la mémoire, c’est qu’elle a été marquée par les violences de l’Histoire contemporaine et les traumatismes qu’elles ont laissés, par les douleurs de la séparation, les itinéraires d’errances et d’exils” (p. 7). Voilà pourquoi les auteurs judéo-maghrébins “réactivent sans cesse la mémoire individuelle et collective, réhabilitent les mythes des ancêtres, recréent des sensations, mettent des mots sur ce qui est resté impression vive, donnent à la mémoire sa consistance autant que ses pouvoirs de résonance” (Ibid.). Le rapport entre mémoire et Histoire dans la littérature judéo-maghrébine la plus récente fait l’objet de l’étude de Wafa Ben Aziza (“Nouvelles expressions judéo-maghrébines entre mémoire et Histoire: une écriture en évolution” pp. 47-60). Le critique situe sa contribution dans le prolongement des études de Guy Dugas, en analysant les problématiques majeures des nouvelles expressions judéo-maghrébines, leur identification par rapport au cadre auquel se réfèrent (maghrébin, méditerranéen ou francophone) et leur position face à la question de la mondialisation des littératures. Wafa Ben Aziza présente également les caractéristiques de cette production récente, en soulignant les convergences et les divergences par rapport aux œuvres précédentes, et elle étudie enfin “l’apport de ces nouvelles expressions judéo-maghrébines aux littératures maghrébines ou arabo-musulmanes ainsi qu’aux francophones” (p. 49).

Danielle Dahan-Feucht consacre son étude à la littérature mémorielle d’auteurs juifs nés en Algérie et exilés en France pendant leur enfance ou leur adolescence. Dans “Marlène Amar: du silence à l’expression revendiquée d’une mémoire” (pp. 61-75), le critique se penche en particulier sur l’analyse de deux romans de Marlène Amar, La Femme sans tête (1993) et Des gens infréquentables (1996), ceux-ci traitant des souffrances de l’exil des Juifs d’Algérie. Après avoir expliqué les raisons qui sont à l’origine du choix de ces deux romans, Danielle Dahan-Feucht présente la thèse qu’elle tient à développer à l’intérieur de son article: “on lira La Femme sans tête et Des gens infréquentables comme le passage d’une mise à mort de la parole et du souvenir à sa libération et résurgence” (p. 63). Elle examine donc le silence caractérisant le premier roman, pour analyser ensuite son dépassement dans le deuxième, où l’on assiste à une prise de parole qui dévoile la mémoire d’une famille judéo-algérienne.

Le troisième volet s’intitule “Support visuels, supports mémoriels” (pp. 79-121) et il s’articule autour de trois contributions portant sur les images en tant que supports de la mémoire. Dans la première, “Visites de la synagogue de La Goulette. La synagogue Beith Mordechai, rue Khaznadar, témoin et miroir d’une minorité de Tunisie” (pp. 79-98), Dora Carpenter-Latiri propose un travail d’anthropologie photographique, riche en images qui enrichissent l’article. À travers ses photos, elle fait l’histoire de la seule synagogue de La Goulette, à Tunis, en soulignant que ce lieu n’est pas seulement un lieu de mémoire, mais aussi un lieu de vie “par la présence des fidèles, par sa persistance dans le souvenir de ceux qui y sont passés, par son rôle dans la transmission des rituels” (p. 79). Tout au long de l’article, le lecteur peut donc profiter d’une visite virtuelle à l’intérieur de cette synagogue, grâce aux images et aux explications détaillées de toutes les photographies fournies par Dora Carpenter-Latiri.

Dans “À propos des Judéo-berbères marocains, un film: Tinghir-Jérusalem” (pp. 99-103), Denise Brahimi présente le film d’un jeune réalisateur d’origine marocaine, Kamal Hachkar. Dans Tinghir-Jérusalem: les échos du Mellah (2011), le réalisateur a abordé le sujet de “l’existence jusqu’à date récente d’une communauté judéo-berbère installé à Tinghir depuis des siècles sinon des millénaires, néanmoins partie sans espoir de retour pour aller s’installer en Israël au début des années 60 du siècle dernier” (pp. 99-100). Le but de Kamal Hachkar est justement celui de recueillir les voix de ces Judéo-berbères devenus Israéliens et de reconstruire leur histoire. “Pour Kamal Hachkar – remarque Denise Brahimi – l’évocation de Tinghir est celle d’un paradis perdu, celui de l’enfance et de sa langue maternelle berbère. Mais c’est aussi, plus largement, une réflexion qui sort de la bouche des anciens exilés, qui souffrent cruellement de l’hostilité guerrière entre Israël et les Palestiniens, alors qu’au Maroc ils avaient toujours vécu en paix parmi leurs voisins musulmans” (p. 102).

Ewa Tartakowsky, dans “Littérature des auteurs d’origine judéo-maghrébine. Les couvertures, masques à visage découvert” (pp. 105-121), travaille sur les paratextes éditoriaux de la production littéraire des auteurs d’origine judéo-maghrébine. Elle passe en revue et analyse trois types de paratextes: les titres, les premières pages de couverture et les quatrièmes de couverture. Cette analyse lui permet de souligner, d’un côté, “le rôle et l’importance du paratexte” (p. 119), et, de l’autre, de confirmer l’hypothèse du fort ancrage de la littérature judéo-maghrébine dans “les thématiques liées à l’exil, à la mémoire et à l’histoire” (Ibid.).

Le quatrième et dernier volet, “Conceptualisation” (pp. 125-171) regroupe trois contributions. La première, “The Aesthetics of Fragmentation, or a Way to Read El Maleh” (pp. 125-137) de Zakaria Fatih, propose une nouvelle approche critique de l’œuvre de l’écrivain marocain Amran El Maleh. Cette approche veut tenir compte du style digressif de l’auteur lui-même et de l’ouverture de son texte, sans lui imposer une étiquette particulière. “The beauty of El Maleh’s text – affirme en effet le critique – lies in its fragmentation” (p. 136) et cette fragmentation est à traiter “as a sort of inspiration without privileging a particular site of meaning; i.e. a fragmented reading that is as inviting as El Maleh’s text” (p. 137).

Les deux autres contributions sont rédigées par Guy Dugas: dans “Fantaisie, littérature mémorieuse, iconophilie… Retour sur quelques concepts discutables” (pp. 139-152), il revient sur les notions fondatrices de la production judéo-maghrébine classique pour vérifier leur validité dans les œuvres les plus récentes. Tout en invitant à des nouvelles et plus profondes recherches, Dugas y confirmé “une capacité sans cesse renouvelée de subversion et de remise en cause par le rire” (p. 150) et une “spécificité fondatrice […] comme l’écriture mémorieuse et l’iconophilie” (Ibid.), accompagnées d’une “farouche résistance à s’inscrire dans tous les cadres et réseaux tissés par les approches théoriques, qu’il s’agisse des cadres traditionnels (notion de littératures nationales ou régionales) ou de réseaux nouveaux (postcolonial ou subaltern studies)” (Ibid.)

Dans une contribution ultérieure, intitulée “Trente ans de littérature judéo-maghrébine (1982-2013)” (pp. 153-171), Dugas actualise l’une de ses bibliographies précédentes, en proposant une liste bibliographique des œuvres judéo-maghrébines publiées entre 1982 et 2013. Cette bibliographie mise au jour clôt le volume.

Guy Dugas et Sonia Zlitni Fitouri (dir.), “Nouvelles expressions judéo-maghrébines”, Expressions maghrébines, vol. 13, n. 2, hiver 2014.

 

Elisabetta Bevilacqua

 

Langue, espace et (re)composition de l’identité

Langue, espace
Ramona Mielusel, Langue, espace et (re)composition identitaire, Paris, L’Harmattan, 2015.

Cette étude de Ramona Mielusel examine l’importance de la langue et de l’espace de production dans les créations littéraires et cinématographiques de trois auteurs franco-maghrébins particulièrement représentatifs, et leur rapport à ces deux concepts. Elle se sert en particulier d’exemples de productions artistiques appartenant à plusieurs genres: la fiction littéraire romanesque à travers le texte Le Thé au harem d’Archi Ahmed (1983) de Mehdi Charef, la bande dessinée par le biais de la trilogie Petit Polio (1999-2003) de Farid Boudjellal et le cinéma grâce aux œuvres de Charef au début des années 80, comme Le Thé au harem d’Archimède (1986), et de Tony Gatlif avec deux de ses films: Je suis né d’une cigogne (1999) et Exils (2004). Dans l’analyse de ces textes et de ces films, le critique suit une perspective synchronique et adopte une approche interdisciplinaire qui permet de mettre en lumière les concepts de multiculturalisme, de pluralisme et d’hybridité. La comparaison entre ces auteurs lui consent en outre de dégager une certaine homogénéité thématique et stylistique à travers laquelle les trois écrivains et cinéastes parviennent à présenter une image cohérente de la deuxième génération d’immigration en France. Le but du critique est donc celui d’identifier les thèmes et les éléments langagiers communs à l’écriture beure depuis les années 80 jusqu’à nos jours.

Le volume s’ouvre avec une “Préface” d’Amadou OuÉdraogo (pp. 9-15), où il souligne l’actualité du sujet choisi par Ramona Mielusel: “la langue et l’espace conçus comme des facteurs interdépendants et essentiels dans le processus de la construction identitaire: voilà une thématique et une perspective qui se veulent d’une actualité éclatante. Voilà une problématique d’autant plus digne d’intérêt qu’elle nous porte au cœur des réalités qui fondent les assises identitaires de la communauté beure en France, tout en s’inscrivant dans une optique infiniment plus large” (p. 9). Amadou OuÉdraogo tient ensuite à préciser que le regard que Ramona Mielusel pose sur son corpus fait qu’elle perçoit la création littéraire et artistique beure comme “un acte (délibéré ou non) de subversion, de dévoiement, sinon de résistance. […] C’est en cela que l’œuvre beure, telle qu’elle apparaît dans la présente étude, se résout comme à un acte de reécriture, de re-définition, ou encore de re-conquête identitaire” (pp. 9-10).

Le livre est partagé en deux parties principales, précédées d’une “Introduction” (pp. 17-28), où le critique présente le sujet de son étude, son corpus et les facteurs qui ont déterminé ses choix, et d’une “Contextualisation des écritures beures en France et leur évolution dans le temps” (pp. 29-44). À l’intérieur de cette contextualisation, Ramona Mielusel introduit quelques précisions terminologiques autour du mot “beur” et quelques informations de teneur sociologique concernant le contexte culturel français dans lequel a baigné cette deuxième génération d’immigration des années 80 à nos jours, pour passer ensuite à l’émergence de la littérature beure et à son évolution historique.

La première partie, “La Langue dans les textes beurs” (pp. 45-134), se compose de deux chapitres. Le premier chapitre, “Écriture et langue chez Charef, Gatlif et Boudjellal” (pp. 47-72), porte sur le rôle que la langue joue dans l’écriture littéraire ou filmique de ces trois auteurs, avec une attention particulière consacrée au rapport entre la langue d’origine (arabe/berbère) et la langue d’écriture (français). Cette double formation linguistique, qui se manifeste aussi au niveau littéraire et artistique, est à l’origine de la créativité linguistique des auteurs beurs et de la richesse culturelle qu’ils mettent en lumière dans leurs œuvres.

Dans le deuxième chapitre, “Ironie du langage postcolonial” (pp. 73-134), le critique examine le côté d’ambigüité et d’ironie qui caractérise les œuvres du corpus, pour passer ensuite à analyse la relation entre la langue qui compose ces textes et l’espace qui la produit. Il en résulte que la littérature beure constitue un moyen de subversion et de mutation qui permet un changement de perspective sur la définition de la francité dans le contexte actuel.

La deuxième partie du volume, “La Représentation de l’espace dans le texte beur” (pp. 135-210), regroupe le troisième et le quatrième chapitre. Le troisième chapitre est consacré au “Dépassement des frontières” (pp. 137-180), un dépassement qui “implique la déconstruction de l’hégémonie européenne et l’apologie du métissage ou de la ‘departenance’ des communautés culturelles issues de la diversité dans l’espace français et francophone” (p. 137). Dans ce chapitre, Ramona Mielusel aborde les questions de l’espace et l’immigration dans les œuvres franco-maghrébines, avec une réflexion préliminaire sur la notion de frontière, en ce qui concerne notamment les frontières linguistiques et les frontières culturelles. Elle passe ensuite à analyser la problématique du dépassement des frontières dans une perspective textuelle, à travers une étude de l’hybridation des genres chez les auteurs de son corpus.

Dans le quatrième et dernier chapitre, “Transnationalisme, une nouvelle perspective sur la France plurielle” (pp. 181-210), le critique prend en examen la notion de ʻtransnationalismeʼ et montre où se situent les œuvres littéraires et cinématographiques de Mehdi Charef, de Tony Gatlif et de Farid Boudjella par rapport à ce concept. En retrouvant des éléments transnationaux à l’intérieur de son corpus, Ramona Mielusel a montré l’importance d’une relecture de ces œuvres dans une nouvelle perspective qui ne réduit pas cette production à une littérature décentrée. Cette littérature relativise, d’après le critique, l’importance de la culture dominante, à savoir le modèle français, en parlant du multiculturalisme et du dépassement des frontières.

Dans la “Conclusion” (pp. 211-220), l’auteur du volume passe en revue les différentes étapes de son étude, en remarquant en particulier que l’analyse des œuvres de quelques écrivains et cinéastes franco-maghrébins a permis de mettre en évidence “leur contribution à une redéfinition de la culture littéraire et cinématographique française traditionnelle” (p. 211) et qu’ils ont introduit, dans leur production, “des éléments transculturels et multiculturels tels que la transdisciplinarité des formes artistiques, l’ouverture à la polyglossie, la diversité ethnique, la présentation des pratiques culturelles différentes” (Ibid.). “Avec la présence créatrice de Mehdi Charef, de Farid Boudjellal et de Tony Gatlif dans le paysage culturel français – conclut Ramona Mielusel – il se produit un changement de perception de la culture française en tant que culture monolithique. […] Les auteurs franco-maghrébins de notre corpus apportent une nouvelle possibilité d’interprétation des transformations culturelles et identitaires qui ont eu lieu durant les trois dernières décennies sur le territoire français” (Ibid.)

Une bibliographie (pp. 221-236) d’une quinzaine de page clôt le volume.

Ramona Mielusel, Langue, espace et (re)composition identitaire dans les oeuvres de Mehdi Charef, Tony Gatlif et Farid Boudjellal, Paris, L’Harmattan, 2015, 236 p.

 

Elisabetta Bevilacqua

Littérature, histoire et société dans le Maghreb contemporain