Langue, espace et (re)composition de l’identité

Langue, espace
Ramona Mielusel, Langue, espace et (re)composition identitaire, Paris, L’Harmattan, 2015.

Cette étude de Ramona Mielusel examine l’importance de la langue et de l’espace de production dans les créations littéraires et cinématographiques de trois auteurs franco-maghrébins particulièrement représentatifs, et leur rapport à ces deux concepts. Elle se sert en particulier d’exemples de productions artistiques appartenant à plusieurs genres: la fiction littéraire romanesque à travers le texte Le Thé au harem d’Archi Ahmed (1983) de Mehdi Charef, la bande dessinée par le biais de la trilogie Petit Polio (1999-2003) de Farid Boudjellal et le cinéma grâce aux œuvres de Charef au début des années 80, comme Le Thé au harem d’Archimède (1986), et de Tony Gatlif avec deux de ses films: Je suis né d’une cigogne (1999) et Exils (2004). Dans l’analyse de ces textes et de ces films, le critique suit une perspective synchronique et adopte une approche interdisciplinaire qui permet de mettre en lumière les concepts de multiculturalisme, de pluralisme et d’hybridité. La comparaison entre ces auteurs lui consent en outre de dégager une certaine homogénéité thématique et stylistique à travers laquelle les trois écrivains et cinéastes parviennent à présenter une image cohérente de la deuxième génération d’immigration en France. Le but du critique est donc celui d’identifier les thèmes et les éléments langagiers communs à l’écriture beure depuis les années 80 jusqu’à nos jours.

Le volume s’ouvre avec une “Préface” d’Amadou OuÉdraogo (pp. 9-15), où il souligne l’actualité du sujet choisi par Ramona Mielusel: “la langue et l’espace conçus comme des facteurs interdépendants et essentiels dans le processus de la construction identitaire: voilà une thématique et une perspective qui se veulent d’une actualité éclatante. Voilà une problématique d’autant plus digne d’intérêt qu’elle nous porte au cœur des réalités qui fondent les assises identitaires de la communauté beure en France, tout en s’inscrivant dans une optique infiniment plus large” (p. 9). Amadou OuÉdraogo tient ensuite à préciser que le regard que Ramona Mielusel pose sur son corpus fait qu’elle perçoit la création littéraire et artistique beure comme “un acte (délibéré ou non) de subversion, de dévoiement, sinon de résistance. […] C’est en cela que l’œuvre beure, telle qu’elle apparaît dans la présente étude, se résout comme à un acte de reécriture, de re-définition, ou encore de re-conquête identitaire” (pp. 9-10).

Le livre est partagé en deux parties principales, précédées d’une “Introduction” (pp. 17-28), où le critique présente le sujet de son étude, son corpus et les facteurs qui ont déterminé ses choix, et d’une “Contextualisation des écritures beures en France et leur évolution dans le temps” (pp. 29-44). À l’intérieur de cette contextualisation, Ramona Mielusel introduit quelques précisions terminologiques autour du mot “beur” et quelques informations de teneur sociologique concernant le contexte culturel français dans lequel a baigné cette deuxième génération d’immigration des années 80 à nos jours, pour passer ensuite à l’émergence de la littérature beure et à son évolution historique.

La première partie, “La Langue dans les textes beurs” (pp. 45-134), se compose de deux chapitres. Le premier chapitre, “Écriture et langue chez Charef, Gatlif et Boudjellal” (pp. 47-72), porte sur le rôle que la langue joue dans l’écriture littéraire ou filmique de ces trois auteurs, avec une attention particulière consacrée au rapport entre la langue d’origine (arabe/berbère) et la langue d’écriture (français). Cette double formation linguistique, qui se manifeste aussi au niveau littéraire et artistique, est à l’origine de la créativité linguistique des auteurs beurs et de la richesse culturelle qu’ils mettent en lumière dans leurs œuvres.

Dans le deuxième chapitre, “Ironie du langage postcolonial” (pp. 73-134), le critique examine le côté d’ambigüité et d’ironie qui caractérise les œuvres du corpus, pour passer ensuite à analyse la relation entre la langue qui compose ces textes et l’espace qui la produit. Il en résulte que la littérature beure constitue un moyen de subversion et de mutation qui permet un changement de perspective sur la définition de la francité dans le contexte actuel.

La deuxième partie du volume, “La Représentation de l’espace dans le texte beur” (pp. 135-210), regroupe le troisième et le quatrième chapitre. Le troisième chapitre est consacré au “Dépassement des frontières” (pp. 137-180), un dépassement qui “implique la déconstruction de l’hégémonie européenne et l’apologie du métissage ou de la ‘departenance’ des communautés culturelles issues de la diversité dans l’espace français et francophone” (p. 137). Dans ce chapitre, Ramona Mielusel aborde les questions de l’espace et l’immigration dans les œuvres franco-maghrébines, avec une réflexion préliminaire sur la notion de frontière, en ce qui concerne notamment les frontières linguistiques et les frontières culturelles. Elle passe ensuite à analyser la problématique du dépassement des frontières dans une perspective textuelle, à travers une étude de l’hybridation des genres chez les auteurs de son corpus.

Dans le quatrième et dernier chapitre, “Transnationalisme, une nouvelle perspective sur la France plurielle” (pp. 181-210), le critique prend en examen la notion de ʻtransnationalismeʼ et montre où se situent les œuvres littéraires et cinématographiques de Mehdi Charef, de Tony Gatlif et de Farid Boudjella par rapport à ce concept. En retrouvant des éléments transnationaux à l’intérieur de son corpus, Ramona Mielusel a montré l’importance d’une relecture de ces œuvres dans une nouvelle perspective qui ne réduit pas cette production à une littérature décentrée. Cette littérature relativise, d’après le critique, l’importance de la culture dominante, à savoir le modèle français, en parlant du multiculturalisme et du dépassement des frontières.

Dans la “Conclusion” (pp. 211-220), l’auteur du volume passe en revue les différentes étapes de son étude, en remarquant en particulier que l’analyse des œuvres de quelques écrivains et cinéastes franco-maghrébins a permis de mettre en évidence “leur contribution à une redéfinition de la culture littéraire et cinématographique française traditionnelle” (p. 211) et qu’ils ont introduit, dans leur production, “des éléments transculturels et multiculturels tels que la transdisciplinarité des formes artistiques, l’ouverture à la polyglossie, la diversité ethnique, la présentation des pratiques culturelles différentes” (Ibid.). “Avec la présence créatrice de Mehdi Charef, de Farid Boudjellal et de Tony Gatlif dans le paysage culturel français – conclut Ramona Mielusel – il se produit un changement de perception de la culture française en tant que culture monolithique. […] Les auteurs franco-maghrébins de notre corpus apportent une nouvelle possibilité d’interprétation des transformations culturelles et identitaires qui ont eu lieu durant les trois dernières décennies sur le territoire français” (Ibid.)

Une bibliographie (pp. 221-236) d’une quinzaine de page clôt le volume.

Ramona Mielusel, Langue, espace et (re)composition identitaire dans les oeuvres de Mehdi Charef, Tony Gatlif et Farid Boudjellal, Paris, L’Harmattan, 2015, 236 p.

 

Elisabetta Bevilacqua


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *