Les Mémoires dangereuses de Benjamin Stora avec Alexis Jenni

Voici le compte-rendu du dernier livre de Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les mémoires dangereuses, qui vient de paraître chez Albin Michel.

Les Mémoires dangereuses

Compte-rendu :

Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les mémoires dangereuses, suivi d’une nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, Paris, Albin
Michel, 2016, 231 pages
.

La montée toujours plus importante et paraissant inexorable de l’extrême droite et les événements de janvier 2015 amènent à s’interroger sur les ressorts de ces conflits internes à la société française. Quels sont les éléments qui assoient la légitimité d’un parti politique xénophobe et dans le même temps, qu’est-ce qui, structurellement, freine la représentativité des enfants issus des différentes vagues d’immigration dans notre société ?

Le parallèle peut s’originer dans le rapport à l’histoire coloniale pour Benjamin Stora, grand spécialiste de la guerre d’Algérie (1954-1962). À travers son dernier livre, Les mémoires dangereuses, l’historien revisite l’écriture de cette mémoire tourmentée en compagnie, pour la première partie, de l’écrivain Alexis Jenni. Benjamin Stora explique que « ce livre est né d’une rencontre avec Alexis Jenni, l’auteur de L’Art français de la guerre »[1] car ce roman, écrit-il « était une fresque magistrale de la société française, de son histoire marquée par plusieurs guerres indicibles, et de son actualité agitée par des imaginaires en tension ». Ce dialogue entre l’historien et l’écrivain est suivi d’une réédition de Transfert d’une mémoire paru en 1999 chez La Découverte. L’actualité récente fait douloureusement écho à la question mémorielle, comme quelque chose qu’on aurait souhaité mettre sous le boisseau et qui ressurgirait de façon impromptue. Les mémoires dangereuses, en remontant de l’organisation profondément inégalitaire du système colonial en Algérie à la crise que constituât la guerre d’Algérie et à son retentissement en métropole (du côté des soldats français mais aussi des pieds-noirs qui fuient l’Algérie), explique l’existence de ce que Stora appelle un « sudisme à la française » : « […] c’est le sudisme qui à notre sens convient le mieux pour définir la situation faite en France aux immigrés (et à leurs enfants nés ici). Définition qui renvoie à une histoire récente, celle de la colonisation avec son organisation spéciale de la société par communautés hiérarchisées, celle de la décolonisation avec ses flots d’amertume, de mémoires blessées, de ressentiments et de revanches inavouées »[2]. Alexis Jenni évoque également les thématiques privilégiées de ce « sudisme » comme cette notion d’ « identité » : « le discours dominant en France actuellement est de « croire » à l’identité, mais une identité qui serait toujours perdue, ou menacée, par le fantasme menaçant de celle que l’on suppose à l’autre »[3]. Benjamin Stora insiste sur la nécessité de resituer l’événement-guerre d’Algérie dans son contexte et de le comprendre « en amont ». Il livre les clés d’appréhension de la généalogie de la guerre d’Algérie et de ce qui va en découler : cette mémoire diffuse imprégnant l’ensemble de la société française d’un imaginaire en partie forgée par l’expérience coloniale.

La nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, évoque cette guerre des mémoires justement : d’un côté, la population pied noire, de l’autre, les jeunes issus de l’immigration algérienne et la façon dont « émergent, dans l’exil, des comportements renvoyant au temps colonial »[4]. La première partie de l’ouvrage, « l’Algérie, un Sud « américain » analyse ces différents discours. L’historien note, à ce propos, qu’ « après 1962, la mémoire de l’Algérie française va d’abord se transmettre, essentiellement, par les tenants d’un « pays perdu »[5]. L’imaginaire de ce pays perdu construit ainsi le mythe de la France grande nation coloniale qui, depuis, s’enlise et ne parvient pas à retrouver son éclat d’antan.

Ce « sudisme » français entre en résonance avec l’idéologie d’extrême droite et Benjamin Stora montre bien le parallèle qui peut être établi entre ces deux éléments dans le deuxième chapitre intitulé « Générations du Sud » mais également les liens tissés dès le début entre Le Pen père et l’OAS. La troisième partie, « Mémoires du Sud autour de l’« Algérie française » montre bien qu’il y a superposition géographique entre l’implantation de l’extrême droite en France et le ressentiment lié au « pays perdu » par une catégorie de français. Tandis que la quatrième partie de l’ouvrage, « Se mesurer au « sudisme » (1992-1999) » revient sur les luttes de reconnaissance pour le conflit.

Les mémoires dangereuses expliquent aussi cette transition du champ de bataille, de la sphère privée à la sphère publique et ses conséquences en termes de concurrence mémorielle. « Longtemps, la guerre d’Algérie est restée cantonnée dans le registre de la mémoire privée, personnelle, familiale, secrète. Puis elle a envahi progressivement l’espace public, notamment avec la « montée en puissance » des groupes porteurs de cette mémoire : enfants d’immigrés, de harkis, de pieds-noirs, et les soldats… »[6].

Ce livre passionnant offre d’appréhender, dans sa totalité, la genèse des bouleversements qui traversent actuellement la société française entre tentation du repli sur soi et nécessité de l’ouverture.

Florence Lhote

[1] Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les Mémoires dangereuses, Paris, Albin Michel, 2016, p.1.

[2] Ibid., p.12-13.

[3] Ibid., p.22.

[4] Ibid., p.146.

[5] Ibid.

[6] Ibid., p.220.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *