Vassiliki Lalagianni, Jean-Marc Moura, Espace méditerranéen. Écritures de l’exil, migrances et discours postcolonial, Amsterdam-New York, Rodopi (“Francopolyphonies”), 2014, 208 pp.

Ce volume comprend quatre articles qui portent sur le Maghreb et dont nous rendons compte ici.

Dans le premier, “Le harem méditerranéen: la femme écrivaine face à un espace de rêve ou un espace d’exil culturel et personnel” (pp. 21-34), Margarita Alfaro consacre son étude à Fatima Mernissi, historienne et sociologue d’origine marocaine, dont l’œuvre et le témoignage illustrent “l’existence d’une écriture francophone postcoloniale au Maroc, élargie au monde entier, annonciatrice de l’épiphanie d’un tissu social conformé par des individus qui luttent en faveur d’une esthétique créatrice fondée sur l’imagination” (p. 23). Le critique articule son analyse selon une double orientation qui tient compte, d’une part, des “éléments de la tradition évoqués en tant que piliers essentiels de l’œuvre de Mernissi” (p. 25) et, d’autre part, des “aspects qui annoncent une conception nouvelle, révélatrice d’une modernité au-delà de l’exil existentiel et du désarroi colonial” (Ibid.). Dans ce nouveau paradigme atteint par Mernissi, l’exil et le rêve s’opposent, là où “le rêve et l’imagination acquièrent une dimension transformatrice de la société par opposition à l’exil qui symbolise la rupture définitive et la non-continuité avec la tradition culturelle” (Ibid.). Si, dans un premier moment, Margarita Alfaro porte son attention sur la description de la tradition chez Mernissi, elle passe ensuite à l’étude de la quête de la modernité, une modernité qui est à comprendre en tant que “voie d’affirmation de l’individu” (p. 29). L’analyse du récit autobiographique Rêves de femmes. Une enfance au harem (1996) occupe une place privilégiée à l’intérieur des différentes étapes de la réflexion du critique. À la suite de cette étude, Margarita Alfaro parvient ainsi à affirmer que “l’œuvre à double portée, de réflexion historique et de créativité littéraire, de Fatima Mernissi ouvre la voie d’une sociologie de l’enquête, du dialogue fertile, de la mise en question de l’autorité et de la disparition des frontières physiques et mentales” (p. 32) et que “en suivant l’exemple de Mernissi une possible recomposition du monde peut être envisagée: l’altermondialisation” (Ibid.).

Une deuxième contribution porte sur l’écriture féminine au Maroc: “Navigations textuelles des femmes marocaines dans l’espace méditerranéen: mémoires, mères, monde” (pp. 71-83) d’Alison Rice. Dans cet article, le critique présente quatre ouvrages récents de femmes d’origine marocaine, dont les “navigations réelles autour du bassin méditerranéen inspirent des navigations textuelles qui montrent une profonde sensibilité aux bonheurs ainsi qu’aux difficultés qui caractérisent cet espace qui s’ouvre actuellement à des convergences entre différentes croyances, ethnies et langues qui se rencontrent autour de la mer” (p. 71): Marrakech, lumière d’exil (2003) de Rajae Benchemsi; Fille des frontières (2011) de Fatéma Hal; Les Rives identitaires: Récit nomade (2011) de Leïla Houari; Jury de Macha MÉril (2011). Ces textes prennent comme point de départ “les lieux – et les mouvements – des femmes au Maroc pour ensuite se concentrer sur l’importance de la migration au sens plus large” (p. 71) et témoignent d’une écriture “qui se trouve entre deux rives de la Méditerranée, une position qui s’ouvre au monde entier” (p. 82).

L’étude d’Elena-Brandusa Steiciuc, “Déchantement postcolonial et migrance dans les écrits de Boualem Sansal” (pp. 109-115) porte sur l’un des écrivains algériens contemporains qui a donné “une très fine radiographie des phénomènes complexes auxquels son pays est confronté – la corruption et l’arrivisme des gouvernants, l’intolérance et le fanatisme – dont le déchantement général et l’immigration clandestine ne sont que les conséquences” (pp. 109-110). Le critique se concentre notamment sur le roman Harraga (2005), qui a comme thème central celui de la migration des individus et des communautés entières. Elle parvient ainsi à montrer que la problématique de la migration et de l’exil constitue l’un des axes fondamentaux de l’écriture de Boualem Sansal, un romancier qui “tout en critiquant les pratiques et les discours de son pays, réfléchit à une tragédie planétaire” (p. 115).

L’œuvre de Boualem Sansal est par ailleurs abordée à nouveau dans l’article d’Odile Cazenave (“Dire le retour sans le dire tout en le disant: Nouvelle configuration des motifs exiliques et d’expatriation”, pp. 173-183) où Sansal est mis en comparaison avec des écrivains issus des pays de l’Afrique subsaharienne. Nous renvoyons donc à la section “Afrique subsaharienne” pour la présentation de cette contribution.

Le dernier article consacré au Maghreb est celui d’Adelaida Porras Medrano, “Le discours postcolonial chez quelques écrivains maghrébins de langue française: autour des libérations” (pp. 161-172). Dans cette étude, le critique met en comparaison les ouvrages de plusieurs auteurs issus des trois pays du Maghreb et qui, tout en ayant commencé à écrire avant l’indépendance, continuent à le faire après. Adelaida Porras Medrano se propose ainsi de retracer les caractéristiques communes du discours postcolonial tel qu’il se manifeste chez des auteurs comme Albert Memmi, Tahar Ben Jelloun, Mohammed Dib, Driss Chraïbi, Rachid Boudjedra, Aïcha Lemsine et Mustapha Tlili.

 

Elisabetta Bevilacqua

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *