Art et religion : quel rapport ?

Journée d’études
Lieu: Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Rabat (Maroc)
Date de l’événement: le 25 mai 2017

Date limite: 15 février 2017

Argumentaire :

Dans différentes cultures, l’art et la religion ont toujours entretenu des rapports profonds et complémentaires depuis l’aube des temps. En dépit de leur spécificité, l’artiste tout comme l’homme de religion sont porteurs d’un message transcendant et lié à l’absolu. Ils manifestent une expérience spirituelle à la recherche de la beauté, l’amour, la vertu, la liberté, la paix, etc .

En considération de cette relation organique, l’art et la créativité humaine constituent souvent une attitude iconoclaste et profane. A travers l’art, l’homme cherche à se libérer de la tutelle des religions et des valeurs morales dominantes. Ainsi, l’artiste devient libre. Par exemple, à l’époque de la Renaissance européenne, l’art a investi l’espace de l’église et a imposé ses normes esthétiques au détriment des normes religieuses. En effet, peindre des corps nus dans leurs différentes postures permet aux artistes de mettre en évidence les détails de la beauté tout en idéalisant le réel. Même Dieu, dans certaines églises de l’époque, a été peint par des artistes qui accordèrent une place importante à la peinture religieuse.

Ce rapport à la figuration se manifeste aussi dans la vie religieuse de l’islam. Depuis la fin du premier siècle de l’Hégire, on remarquait, de manière significative, une forte cohésion entre la création artistiques et les expressions religieuses. L’espace religieux a été conquis par les différentes formes artistiques malgré l’attitude hostile de l’Islam (notamment les Hadiths) envers la sculpture, l’image (à cause du risque d’idolâtrie qu’elles comportent), la représentation calligraphique des êtres vivants, sous apparence humaine ou animale, et envers tout ce qui a un caractère somptueux. À côté des styles calligraphiques arabes ayant atteint un degré de raffinement et d’harmonie jamais égalés, les autres formes d’art représentent, à cet égard, un exemple très éloquent de prospérité: les décorations somptueuses des mosquées, la poésie, celle d’amour notamment (al ghazal), la danse, la musique, etc.. avaient envahi les espaces culturels islamiques aussi bien au sein de la cour des Califes que dans les espaces publics.

Ceci étant, une série de questions surgit. Pourquoi l’art et la religion ont toujours eu des rapports conflictuels à travers l’histoire de l’islam et qui continuent, jusqu’à nos jours, de nourrir les débats entre islamistes iconoclastes et artistes iconophiles? Quelle est l’origine du débat entre ce qui est normatif, qu’il soit linguistique, philosophique, moral, ou religieux, et ce qui est artistique ? Pourquoi certaines tendances luttent-elles énergiquement contre l’image, le chant, la musique et d’autres formes d’art ? Comment expliquer les injures et les critiques à l’encontre des artistes, de scènes supposées porter atteinte à la pudeur ou encore celles adressées aux organisateurs du concours Miss Maroc par exemple? Quelles sont les raisons de cette hostilité qui s’accroit davantage envers les activités culturelles et artistiques ? Est-ce que l’art, en tant que création esthétique, peut-il être soumis aux contraintes et aux règles morales et religieuses ? Comment la création artistique peut-elle s’épanouir tout en respectant les limites imposées par la morale et la religion?

L’objectif de cette journée d’étude est d’interroger la relation entre art et religion, de débattre les questions posées et d’y répondre à travers les axes suivants :

Les axes :

– Problématique du rapport entre art et religion ;

– L’art en Islam entre permission et prohibition

– Art et religion du point de vue philosophique et sociologique ;

– Art et normes morales et religieuses ;

– Place de l’art et de la religion dans la société marocaine ;

– Éducation artistique dans les programmes scolaires au Maroc.

Le comité scientifique :

Amina Aderdour, Farid Zahi, Mohamed El medlaoui, Smail Kouttroub, Zakaria Rhani

Le comité d’organisation :

Amina Aderdour, Amal Tabbakh, Khalid Derkaoui, Oussama Ezzaghari

La Coordinatrice de la journée : Siham El moudden

Modalités :

– Les auteurs sont invités à transmettre la fiche de participation contenant :

  • Les coordonnées précises du ou des auteurs, le pays, l’institution d’appartenance ; la discipline, l’adresse mail, le numéro de téléphone ;
  • Le titre de la communication ;
  • Un résumé d’une page, au maximum, en Arabe et en Français, format A4, en caractère Times New Roman, taille 12 pour le Français ou l’anglais et taille 14 pour l’Arabe ;
  • Mots-clefs ;

– Langues de travail de la journée d’étude : Arabe/Français/anglais

Dates à retenir :

– La date limite d’envoi des résumés et de la fiche de participation : 15 février 2017 ;

– La réponse du comité scientifique sur les propositions : 28 février 2017 ;

– L’envoi du texte intégral de la participation avant le : 30 avril 2017.

Date et lieu d’organisation de la journée d’étude : 25 mai 2017 au siège de l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, salle des conférences, Madinat Al Irfane à Rabat, BP. 6287 Les Instituts (tram Cité universitaire-Souissi)

Tél : 0537 77 18 61, Fax : 0537 77 21 35.

Remarques importantes :

– La proposition de participation retenue ne sera définitive qu’après la réception du texte intégral de l’intervention ;

– La participation doit être originale et destinée à cette journée ;

– La durée de l’intervention est de 20 mn.

Envoyez vos propositions de participation à :

iurs.event@gmail.com

tabbakhamal@yahoo.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *