Tous les articles par Elisabetta Bevilacqua

Docteur de recherche en Littératures Francophones à l'Université de Milan et à l'Université de Lorraine, Elisabetta Bevilacqua s'intéresse notamment aux littératures maghrébines de langue française et à la littérature d'exil. Elle a travaillé, en particulier, sur l'écriture des Pieds-Noirs et des Juifs d'Algérie après 1962.

Vassiliki Lalagianni, Jean-Marc Moura, Espace méditerranéen. Écritures de l’exil, migrances et discours postcolonial, Amsterdam-New York, Rodopi (“Francopolyphonies”), 2014, 208 pp.

Ce volume comprend quatre articles qui portent sur le Maghreb et dont nous rendons compte ici.

Dans le premier, “Le harem méditerranéen: la femme écrivaine face à un espace de rêve ou un espace d’exil culturel et personnel” (pp. 21-34), Margarita Alfaro consacre son étude à Fatima Mernissi, historienne et sociologue d’origine marocaine, dont l’œuvre et le témoignage illustrent “l’existence d’une écriture francophone postcoloniale au Maroc, élargie au monde entier, annonciatrice de l’épiphanie d’un tissu social conformé par des individus qui luttent en faveur d’une esthétique créatrice fondée sur l’imagination” (p. 23). Le critique articule son analyse selon une double orientation qui tient compte, d’une part, des “éléments de la tradition évoqués en tant que piliers essentiels de l’œuvre de Mernissi” (p. 25) et, d’autre part, des “aspects qui annoncent une conception nouvelle, révélatrice d’une modernité au-delà de l’exil existentiel et du désarroi colonial” (Ibid.). Dans ce nouveau paradigme atteint par Mernissi, l’exil et le rêve s’opposent, là où “le rêve et l’imagination acquièrent une dimension transformatrice de la société par opposition à l’exil qui symbolise la rupture définitive et la non-continuité avec la tradition culturelle” (Ibid.). Si, dans un premier moment, Margarita Alfaro porte son attention sur la description de la tradition chez Mernissi, elle passe ensuite à l’étude de la quête de la modernité, une modernité qui est à comprendre en tant que “voie d’affirmation de l’individu” (p. 29). L’analyse du récit autobiographique Rêves de femmes. Une enfance au harem (1996) occupe une place privilégiée à l’intérieur des différentes étapes de la réflexion du critique. À la suite de cette étude, Margarita Alfaro parvient ainsi à affirmer que “l’œuvre à double portée, de réflexion historique et de créativité littéraire, de Fatima Mernissi ouvre la voie d’une sociologie de l’enquête, du dialogue fertile, de la mise en question de l’autorité et de la disparition des frontières physiques et mentales” (p. 32) et que “en suivant l’exemple de Mernissi une possible recomposition du monde peut être envisagée: l’altermondialisation” (Ibid.).

Une deuxième contribution porte sur l’écriture féminine au Maroc: “Navigations textuelles des femmes marocaines dans l’espace méditerranéen: mémoires, mères, monde” (pp. 71-83) d’Alison Rice. Dans cet article, le critique présente quatre ouvrages récents de femmes d’origine marocaine, dont les “navigations réelles autour du bassin méditerranéen inspirent des navigations textuelles qui montrent une profonde sensibilité aux bonheurs ainsi qu’aux difficultés qui caractérisent cet espace qui s’ouvre actuellement à des convergences entre différentes croyances, ethnies et langues qui se rencontrent autour de la mer” (p. 71): Marrakech, lumière d’exil (2003) de Rajae Benchemsi; Fille des frontières (2011) de Fatéma Hal; Les Rives identitaires: Récit nomade (2011) de Leïla Houari; Jury de Macha MÉril (2011). Ces textes prennent comme point de départ “les lieux – et les mouvements – des femmes au Maroc pour ensuite se concentrer sur l’importance de la migration au sens plus large” (p. 71) et témoignent d’une écriture “qui se trouve entre deux rives de la Méditerranée, une position qui s’ouvre au monde entier” (p. 82).

L’étude d’Elena-Brandusa Steiciuc, “Déchantement postcolonial et migrance dans les écrits de Boualem Sansal” (pp. 109-115) porte sur l’un des écrivains algériens contemporains qui a donné “une très fine radiographie des phénomènes complexes auxquels son pays est confronté – la corruption et l’arrivisme des gouvernants, l’intolérance et le fanatisme – dont le déchantement général et l’immigration clandestine ne sont que les conséquences” (pp. 109-110). Le critique se concentre notamment sur le roman Harraga (2005), qui a comme thème central celui de la migration des individus et des communautés entières. Elle parvient ainsi à montrer que la problématique de la migration et de l’exil constitue l’un des axes fondamentaux de l’écriture de Boualem Sansal, un romancier qui “tout en critiquant les pratiques et les discours de son pays, réfléchit à une tragédie planétaire” (p. 115).

L’œuvre de Boualem Sansal est par ailleurs abordée à nouveau dans l’article d’Odile Cazenave (“Dire le retour sans le dire tout en le disant: Nouvelle configuration des motifs exiliques et d’expatriation”, pp. 173-183) où Sansal est mis en comparaison avec des écrivains issus des pays de l’Afrique subsaharienne. Nous renvoyons donc à la section “Afrique subsaharienne” pour la présentation de cette contribution.

Le dernier article consacré au Maghreb est celui d’Adelaida Porras Medrano, “Le discours postcolonial chez quelques écrivains maghrébins de langue française: autour des libérations” (pp. 161-172). Dans cette étude, le critique met en comparaison les ouvrages de plusieurs auteurs issus des trois pays du Maghreb et qui, tout en ayant commencé à écrire avant l’indépendance, continuent à le faire après. Adelaida Porras Medrano se propose ainsi de retracer les caractéristiques communes du discours postcolonial tel qu’il se manifeste chez des auteurs comme Albert Memmi, Tahar Ben Jelloun, Mohammed Dib, Driss Chraïbi, Rachid Boudjedra, Aïcha Lemsine et Mustapha Tlili.

 

Elisabetta Bevilacqua

 

Art et religion : quel rapport ?

Journée d’études
Lieu: Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Rabat (Maroc)
Date de l’événement: le 25 mai 2017

Date limite: 15 février 2017

Argumentaire :

Dans différentes cultures, l’art et la religion ont toujours entretenu des rapports profonds et complémentaires depuis l’aube des temps. En dépit de leur spécificité, l’artiste tout comme l’homme de religion sont porteurs d’un message transcendant et lié à l’absolu. Ils manifestent une expérience spirituelle à la recherche de la beauté, l’amour, la vertu, la liberté, la paix, etc .

En considération de cette relation organique, l’art et la créativité humaine constituent souvent une attitude iconoclaste et profane. A travers l’art, l’homme cherche à se libérer de la tutelle des religions et des valeurs morales dominantes. Ainsi, l’artiste devient libre. Par exemple, à l’époque de la Renaissance européenne, l’art a investi l’espace de l’église et a imposé ses normes esthétiques au détriment des normes religieuses. En effet, peindre des corps nus dans leurs différentes postures permet aux artistes de mettre en évidence les détails de la beauté tout en idéalisant le réel. Même Dieu, dans certaines églises de l’époque, a été peint par des artistes qui accordèrent une place importante à la peinture religieuse.

Ce rapport à la figuration se manifeste aussi dans la vie religieuse de l’islam. Depuis la fin du premier siècle de l’Hégire, on remarquait, de manière significative, une forte cohésion entre la création artistiques et les expressions religieuses. L’espace religieux a été conquis par les différentes formes artistiques malgré l’attitude hostile de l’Islam (notamment les Hadiths) envers la sculpture, l’image (à cause du risque d’idolâtrie qu’elles comportent), la représentation calligraphique des êtres vivants, sous apparence humaine ou animale, et envers tout ce qui a un caractère somptueux. À côté des styles calligraphiques arabes ayant atteint un degré de raffinement et d’harmonie jamais égalés, les autres formes d’art représentent, à cet égard, un exemple très éloquent de prospérité: les décorations somptueuses des mosquées, la poésie, celle d’amour notamment (al ghazal), la danse, la musique, etc.. avaient envahi les espaces culturels islamiques aussi bien au sein de la cour des Califes que dans les espaces publics.

Ceci étant, une série de questions surgit. Pourquoi l’art et la religion ont toujours eu des rapports conflictuels à travers l’histoire de l’islam et qui continuent, jusqu’à nos jours, de nourrir les débats entre islamistes iconoclastes et artistes iconophiles? Quelle est l’origine du débat entre ce qui est normatif, qu’il soit linguistique, philosophique, moral, ou religieux, et ce qui est artistique ? Pourquoi certaines tendances luttent-elles énergiquement contre l’image, le chant, la musique et d’autres formes d’art ? Comment expliquer les injures et les critiques à l’encontre des artistes, de scènes supposées porter atteinte à la pudeur ou encore celles adressées aux organisateurs du concours Miss Maroc par exemple? Quelles sont les raisons de cette hostilité qui s’accroit davantage envers les activités culturelles et artistiques ? Est-ce que l’art, en tant que création esthétique, peut-il être soumis aux contraintes et aux règles morales et religieuses ? Comment la création artistique peut-elle s’épanouir tout en respectant les limites imposées par la morale et la religion?

L’objectif de cette journée d’étude est d’interroger la relation entre art et religion, de débattre les questions posées et d’y répondre à travers les axes suivants :

Les axes :

– Problématique du rapport entre art et religion ;

– L’art en Islam entre permission et prohibition

– Art et religion du point de vue philosophique et sociologique ;

– Art et normes morales et religieuses ;

– Place de l’art et de la religion dans la société marocaine ;

– Éducation artistique dans les programmes scolaires au Maroc.

Le comité scientifique :

Amina Aderdour, Farid Zahi, Mohamed El medlaoui, Smail Kouttroub, Zakaria Rhani

Le comité d’organisation :

Amina Aderdour, Amal Tabbakh, Khalid Derkaoui, Oussama Ezzaghari

La Coordinatrice de la journée : Siham El moudden

Modalités :

– Les auteurs sont invités à transmettre la fiche de participation contenant :

  • Les coordonnées précises du ou des auteurs, le pays, l’institution d’appartenance ; la discipline, l’adresse mail, le numéro de téléphone ;
  • Le titre de la communication ;
  • Un résumé d’une page, au maximum, en Arabe et en Français, format A4, en caractère Times New Roman, taille 12 pour le Français ou l’anglais et taille 14 pour l’Arabe ;
  • Mots-clefs ;

– Langues de travail de la journée d’étude : Arabe/Français/anglais

Dates à retenir :

– La date limite d’envoi des résumés et de la fiche de participation : 15 février 2017 ;

– La réponse du comité scientifique sur les propositions : 28 février 2017 ;

– L’envoi du texte intégral de la participation avant le : 30 avril 2017.

Date et lieu d’organisation de la journée d’étude : 25 mai 2017 au siège de l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, salle des conférences, Madinat Al Irfane à Rabat, BP. 6287 Les Instituts (tram Cité universitaire-Souissi)

Tél : 0537 77 18 61, Fax : 0537 77 21 35.

Remarques importantes :

– La proposition de participation retenue ne sera définitive qu’après la réception du texte intégral de l’intervention ;

– La participation doit être originale et destinée à cette journée ;

– La durée de l’intervention est de 20 mn.

Envoyez vos propositions de participation à :

iurs.event@gmail.com

tabbakhamal@yahoo.fr

Spécificités de la nouvelle littérature algérienne d’expression française

Colloque International LAFRAMA/LADICIL 2ème édition
Lieu: Université ORAN 2, MOHAMED BENAHMED, Algérie
Date de l’événement: 12 et 13 Novembre 2017

Date limite: 20 avril 2017

Pôle universitaire BELGAID

BIR EL DJIR, ORAN Département de Français

Date limite: 20 avril 2017

Ce colloque a une double vocation : faire le point sur l’état de la recherche sur la littérature algérienne, et permettre aux  passionnés de cette littérature de partager leurs réflexions et confronter leurs points de vue sur la problématique choisie.

La littérature moderne algérienne est caractérisée par sa grande pluralité avec une grande dispersion des formes. Exprimant le monde et la condition humaine, transgressant les tabous et dépassant les frontières,  elle s’inscrit dans ce monde en mutation et touche de manière significative, la vision traditionnelle de ce qu’est la littérature ; Elle s’invente par là un monde bien à elle et se réinvente tous les jours à travers une réalité sociale qui devient son inspiration. D’une littérature consentante à une littérature déconcertante, la littérature algérienne nous plonge dans le réel et dérange quelques peu les consciences.

Cette rencontre s’inscrit donc dans la perspective de la place de la littérature algérienne moderne en tant que champs d’étude qui interpelle toute réflexion en sciences humaines et sociales, et au premier chef, bien sûr, en sciences du langage, didactique et littérature.

Pour les linguistes, c’est un appel à une analyse des discours et des textes de littérature algérienne qui circulent dans l’espace social et culturel contemporain. Les didacticiens y trouveront un champ d’étude qui va des spécificités de l’apprentissage de cette littérature en classe de langue, à l’impact culturel qu’engendre ce type d’enseignement. Et les littéraires pourront aussi bien s’ouvrir aux évolutions qu’exprime de ce point de vue la littérature algérienne francophone immédiatement contemporaine, que s’interroger sur la représentation du français qu’elle donne ou les pratiques de lecture qu’elle induit.

Le programme du colloque se déclinera selon six axes :

  • Le texte littéraire  et la question du genre.
  • L’écriture éclatée dans le texte littéraire.
  • Mythe et intertextualité  dans  le texte littéraire ;
  • Le texte littéraire algérien et son enseignement en classe de FLE.
  • Pratiques langagières et espace discursif  multiculturel.
  • Fonctionnements discursifs et complexité des plans énonciatifs dans le texte littéraire algérien.

Les propositions de communication devront être adressées, avant le 20 avril 2017, par voie électronique à l’adresse suivante :

labo.laframa@gmail.com  ; colloquelaframa@yahoo.fr

Le résumé doit être accompagné d’une page de renseignements pratiques comprenant : nom, prénom, affiliation, téléphone, adresse postale et électronique. Les résumés (ne dépassant pas 3000 signes) doivent être en Times 12 avec interligne simple et en format Word ou RTF. Les contributions feront l’objet d’une double évaluation anonyme par deux experts du comité scientifique.

Les décisions seront communiquées le 10 juin 2017 et l’envoi du texte complet est fixé au 20 juin 2017.

Le programme du colloque sera diffusé le 01 octobre 2017.

Comité scientifique

SARI Fewzia, Université d’Oran 2 (Directrice du LAFRAMA)

MEDJAD Assia, Université d’Oran 2 (Directrice de LADICIL)

HAMIDOU Nabila, Université d’Oran 2 (Chef d’équipe)

MEHADJI Rahmouna, Université d’Oran 2 (Chef d’équipe)

BELKHOUS Dihia, Université d’Oran 2 (Chef d’équipe)

BLALI Driss, Université de Lorraine, France.

GELAS Bruno, Université Lumière, Lyon 2

GHELLAL Abdelkader, Université d’Oran 2

JEANDILLOU Jean François, Université Paris Ouest Nanterre

KORSO Kamel, Université d’Oran 2

LALAOUI-CHIALI Fatéma Zohra, Université d’Oran 2

MOKADDEM Khadija, Université de Sidi Bel Abbès

SARI MOHAMED Latéfa, Université de Tlemcen

YILANCIOGLU Seza, Université d’Istamboul, Turquie

Comité d’organisation

BENABDALLAH Imène (Responsable du comité) Université Oran 2

AÏT MENGUELLAT Mohammed Salah, Université d’Oran 2

BELKHITER Soraya, Université d’Oran 2

BENSEBIA Abdelhak Abderrahmane, Université d’Oran 2

EL BACHIR Amel, Université d’Oran 2

KERROUMI Mohamed, Université d’Oran 2

MEGUENNI Amel, Université d’Oran 2

RESPONSABLE

Laboratoires LAFRAMA/ LADICIL

URL DE RÉFÉRENCE

http://www.univ-oran2.dz/VRPG2/laboratoires/LAFRAMA/

http://www.univ-oran2.dz/Facultes/langues/

ADRESSE

Université Oran 2 / Algérie