Archives de catégorie : COMPTES-RENDUS

Vassiliki Lalagianni, Jean-Marc Moura, Espace méditerranéen. Écritures de l’exil, migrances et discours postcolonial, Amsterdam-New York, Rodopi (“Francopolyphonies”), 2014, 208 pp.

Ce volume comprend quatre articles qui portent sur le Maghreb et dont nous rendons compte ici.

Dans le premier, “Le harem méditerranéen: la femme écrivaine face à un espace de rêve ou un espace d’exil culturel et personnel” (pp. 21-34), Margarita Alfaro consacre son étude à Fatima Mernissi, historienne et sociologue d’origine marocaine, dont l’œuvre et le témoignage illustrent “l’existence d’une écriture francophone postcoloniale au Maroc, élargie au monde entier, annonciatrice de l’épiphanie d’un tissu social conformé par des individus qui luttent en faveur d’une esthétique créatrice fondée sur l’imagination” (p. 23). Le critique articule son analyse selon une double orientation qui tient compte, d’une part, des “éléments de la tradition évoqués en tant que piliers essentiels de l’œuvre de Mernissi” (p. 25) et, d’autre part, des “aspects qui annoncent une conception nouvelle, révélatrice d’une modernité au-delà de l’exil existentiel et du désarroi colonial” (Ibid.). Dans ce nouveau paradigme atteint par Mernissi, l’exil et le rêve s’opposent, là où “le rêve et l’imagination acquièrent une dimension transformatrice de la société par opposition à l’exil qui symbolise la rupture définitive et la non-continuité avec la tradition culturelle” (Ibid.). Si, dans un premier moment, Margarita Alfaro porte son attention sur la description de la tradition chez Mernissi, elle passe ensuite à l’étude de la quête de la modernité, une modernité qui est à comprendre en tant que “voie d’affirmation de l’individu” (p. 29). L’analyse du récit autobiographique Rêves de femmes. Une enfance au harem (1996) occupe une place privilégiée à l’intérieur des différentes étapes de la réflexion du critique. À la suite de cette étude, Margarita Alfaro parvient ainsi à affirmer que “l’œuvre à double portée, de réflexion historique et de créativité littéraire, de Fatima Mernissi ouvre la voie d’une sociologie de l’enquête, du dialogue fertile, de la mise en question de l’autorité et de la disparition des frontières physiques et mentales” (p. 32) et que “en suivant l’exemple de Mernissi une possible recomposition du monde peut être envisagée: l’altermondialisation” (Ibid.).

Une deuxième contribution porte sur l’écriture féminine au Maroc: “Navigations textuelles des femmes marocaines dans l’espace méditerranéen: mémoires, mères, monde” (pp. 71-83) d’Alison Rice. Dans cet article, le critique présente quatre ouvrages récents de femmes d’origine marocaine, dont les “navigations réelles autour du bassin méditerranéen inspirent des navigations textuelles qui montrent une profonde sensibilité aux bonheurs ainsi qu’aux difficultés qui caractérisent cet espace qui s’ouvre actuellement à des convergences entre différentes croyances, ethnies et langues qui se rencontrent autour de la mer” (p. 71): Marrakech, lumière d’exil (2003) de Rajae Benchemsi; Fille des frontières (2011) de Fatéma Hal; Les Rives identitaires: Récit nomade (2011) de Leïla Houari; Jury de Macha MÉril (2011). Ces textes prennent comme point de départ “les lieux – et les mouvements – des femmes au Maroc pour ensuite se concentrer sur l’importance de la migration au sens plus large” (p. 71) et témoignent d’une écriture “qui se trouve entre deux rives de la Méditerranée, une position qui s’ouvre au monde entier” (p. 82).

L’étude d’Elena-Brandusa Steiciuc, “Déchantement postcolonial et migrance dans les écrits de Boualem Sansal” (pp. 109-115) porte sur l’un des écrivains algériens contemporains qui a donné “une très fine radiographie des phénomènes complexes auxquels son pays est confronté – la corruption et l’arrivisme des gouvernants, l’intolérance et le fanatisme – dont le déchantement général et l’immigration clandestine ne sont que les conséquences” (pp. 109-110). Le critique se concentre notamment sur le roman Harraga (2005), qui a comme thème central celui de la migration des individus et des communautés entières. Elle parvient ainsi à montrer que la problématique de la migration et de l’exil constitue l’un des axes fondamentaux de l’écriture de Boualem Sansal, un romancier qui “tout en critiquant les pratiques et les discours de son pays, réfléchit à une tragédie planétaire” (p. 115).

L’œuvre de Boualem Sansal est par ailleurs abordée à nouveau dans l’article d’Odile Cazenave (“Dire le retour sans le dire tout en le disant: Nouvelle configuration des motifs exiliques et d’expatriation”, pp. 173-183) où Sansal est mis en comparaison avec des écrivains issus des pays de l’Afrique subsaharienne. Nous renvoyons donc à la section “Afrique subsaharienne” pour la présentation de cette contribution.

Le dernier article consacré au Maghreb est celui d’Adelaida Porras Medrano, “Le discours postcolonial chez quelques écrivains maghrébins de langue française: autour des libérations” (pp. 161-172). Dans cette étude, le critique met en comparaison les ouvrages de plusieurs auteurs issus des trois pays du Maghreb et qui, tout en ayant commencé à écrire avant l’indépendance, continuent à le faire après. Adelaida Porras Medrano se propose ainsi de retracer les caractéristiques communes du discours postcolonial tel qu’il se manifeste chez des auteurs comme Albert Memmi, Tahar Ben Jelloun, Mohammed Dib, Driss Chraïbi, Rachid Boudjedra, Aïcha Lemsine et Mustapha Tlili.

 

Elisabetta Bevilacqua

 

Les Mémoires dangereuses de Benjamin Stora avec Alexis Jenni

Voici le compte-rendu du dernier livre de Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les mémoires dangereuses, qui vient de paraître chez Albin Michel.

Les Mémoires dangereuses

Compte-rendu :

Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les mémoires dangereuses, suivi d’une nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, Paris, Albin
Michel, 2016, 231 pages
.

La montée toujours plus importante et paraissant inexorable de l’extrême droite et les événements de janvier 2015 amènent à s’interroger sur les ressorts de ces conflits internes à la société française. Quels sont les éléments qui assoient la légitimité d’un parti politique xénophobe et dans le même temps, qu’est-ce qui, structurellement, freine la représentativité des enfants issus des différentes vagues d’immigration dans notre société ?

Le parallèle peut s’originer dans le rapport à l’histoire coloniale pour Benjamin Stora, grand spécialiste de la guerre d’Algérie (1954-1962). À travers son dernier livre, Les mémoires dangereuses, l’historien revisite l’écriture de cette mémoire tourmentée en compagnie, pour la première partie, de l’écrivain Alexis Jenni. Benjamin Stora explique que « ce livre est né d’une rencontre avec Alexis Jenni, l’auteur de L’Art français de la guerre »[1] car ce roman, écrit-il « était une fresque magistrale de la société française, de son histoire marquée par plusieurs guerres indicibles, et de son actualité agitée par des imaginaires en tension ». Ce dialogue entre l’historien et l’écrivain est suivi d’une réédition de Transfert d’une mémoire paru en 1999 chez La Découverte. L’actualité récente fait douloureusement écho à la question mémorielle, comme quelque chose qu’on aurait souhaité mettre sous le boisseau et qui ressurgirait de façon impromptue. Les mémoires dangereuses, en remontant de l’organisation profondément inégalitaire du système colonial en Algérie à la crise que constituât la guerre d’Algérie et à son retentissement en métropole (du côté des soldats français mais aussi des pieds-noirs qui fuient l’Algérie), explique l’existence de ce que Stora appelle un « sudisme à la française » : « […] c’est le sudisme qui à notre sens convient le mieux pour définir la situation faite en France aux immigrés (et à leurs enfants nés ici). Définition qui renvoie à une histoire récente, celle de la colonisation avec son organisation spéciale de la société par communautés hiérarchisées, celle de la décolonisation avec ses flots d’amertume, de mémoires blessées, de ressentiments et de revanches inavouées »[2]. Alexis Jenni évoque également les thématiques privilégiées de ce « sudisme » comme cette notion d’ « identité » : « le discours dominant en France actuellement est de « croire » à l’identité, mais une identité qui serait toujours perdue, ou menacée, par le fantasme menaçant de celle que l’on suppose à l’autre »[3]. Benjamin Stora insiste sur la nécessité de resituer l’événement-guerre d’Algérie dans son contexte et de le comprendre « en amont ». Il livre les clés d’appréhension de la généalogie de la guerre d’Algérie et de ce qui va en découler : cette mémoire diffuse imprégnant l’ensemble de la société française d’un imaginaire en partie forgée par l’expérience coloniale.

La nouvelle édition de Transfert d’une mémoire, évoque cette guerre des mémoires justement : d’un côté, la population pied noire, de l’autre, les jeunes issus de l’immigration algérienne et la façon dont « émergent, dans l’exil, des comportements renvoyant au temps colonial »[4]. La première partie de l’ouvrage, « l’Algérie, un Sud « américain » analyse ces différents discours. L’historien note, à ce propos, qu’ « après 1962, la mémoire de l’Algérie française va d’abord se transmettre, essentiellement, par les tenants d’un « pays perdu »[5]. L’imaginaire de ce pays perdu construit ainsi le mythe de la France grande nation coloniale qui, depuis, s’enlise et ne parvient pas à retrouver son éclat d’antan.

Ce « sudisme » français entre en résonance avec l’idéologie d’extrême droite et Benjamin Stora montre bien le parallèle qui peut être établi entre ces deux éléments dans le deuxième chapitre intitulé « Générations du Sud » mais également les liens tissés dès le début entre Le Pen père et l’OAS. La troisième partie, « Mémoires du Sud autour de l’« Algérie française » montre bien qu’il y a superposition géographique entre l’implantation de l’extrême droite en France et le ressentiment lié au « pays perdu » par une catégorie de français. Tandis que la quatrième partie de l’ouvrage, « Se mesurer au « sudisme » (1992-1999) » revient sur les luttes de reconnaissance pour le conflit.

Les mémoires dangereuses expliquent aussi cette transition du champ de bataille, de la sphère privée à la sphère publique et ses conséquences en termes de concurrence mémorielle. « Longtemps, la guerre d’Algérie est restée cantonnée dans le registre de la mémoire privée, personnelle, familiale, secrète. Puis elle a envahi progressivement l’espace public, notamment avec la « montée en puissance » des groupes porteurs de cette mémoire : enfants d’immigrés, de harkis, de pieds-noirs, et les soldats… »[6].

Ce livre passionnant offre d’appréhender, dans sa totalité, la genèse des bouleversements qui traversent actuellement la société française entre tentation du repli sur soi et nécessité de l’ouverture.

Florence Lhote

[1] Benjamin Stora avec Alexis Jenni, Les Mémoires dangereuses, Paris, Albin Michel, 2016, p.1.

[2] Ibid., p.12-13.

[3] Ibid., p.22.

[4] Ibid., p.146.

[5] Ibid.

[6] Ibid., p.220.