Archives de catégorie : ARTICLES

Zineb Sedira ou l’exil « contre soi »

Introduction

L’artiste Zineb Sedira se trouve à Alger en 2005 lorsqu’elle remarque que les cars de touristes qu’elle voit passer sont constitués de pieds-noirs à la recherche de leurs racines et des lieux qu’ils ont quittés en 1962. Cette réalité la touche et devient le point d’ancrage de la première œuvre de sa trilogie autour de la Mémoire, du retour au pays et de l’exil : Saphir, vidéo tournée en 2006. Deux autres œuvres vidéos, MiddleSea (2008) et Floating Coffins (2009) suivront.

La première partie de cette trilogie, Saphir, débute pour Sedira avec cette idée de « l’urgence d’établir une relation physique et émotionnelle avec le pays »[1]. Ce pays est l’Algérie, un pays où Sedira n’est pas née mais d’où sont originaires ses parents qui choisissent d’émigrer en France peu après l’indépendance algérienne avant de revenir en Algérie. De son côté, Sedira entretient un rapport singulier à l’exil puisque c’est à Londres que commence et est reconnu son travail de plasticienne tout en étant française née de parents algériens[2]. La question de savoir comment elle allait transmettre cette part d’exil dans sa vie s’impose à la naissance de sa fille. La nécessité de prendre en charge ce que nous appellerons « l’expérience historique » et le passé algérien émergent naturellement dans son travail artistique. L’artiste parvient cependant à éviter les écueils d’une prise en charge trop frontale de ces thématiques par la mise à distance. Comment l’œuvre de Zineb Sedira contribue-t-elle à reconfigurer à distance notre rapport à « l’expérience historique » de la « Révolution algérienne »/guerre d’Algérie[3] ? Tout en soulignant le caractère protéiforme du travail de Sedira, l’incommunicable de l’exil, sa Mémoire et le fait d’accepter d’en être la « gardienne/le gardien » pourront être trois propositions d’appréhension de son travail. L’exil, qui vient du latin exsilium qui signifie le bannissement, dit bien cette situation d’étrangeté de quelqu’un qui est expulsé ou obligé de vivre en dehors de sa patrie ou ailleurs que là où il est habituellement, où il aime vivre désignant aussi, par métonymie, le lieu où cette personne réside à l’étranger, lieu où il se sent étranger et mis à l’écart. Cette situation d’étrangeté à soi-même et d’extériorité par rapport à ses habitudes implique aussi une forme d’ « incommunicable ».

Continuer la lecture de Zineb Sedira ou l’exil « contre soi »